4 règles à suivre pour un covoiturage réussi

covoiturage

Le covoiturage n’a que des avantages, aussi bien pour le conducteur que pour le passager. Les frais sont partagés, il y a une bonne ambiance dans la voiture et surtout, on réduit son empreinte carbone. Pour s’assurer que le trajet en transport collaboratif se passe bien, il convient tout de même de connaitre les règles de base qui encadre le covoiturage.

Toujours passer par les sites dédiés

 

Si vous souhaitez proposer votre voiture au covoiturage alors, évitez de le faire via des petites annonces, préférez la voie légale. Contactez une plateforme de mise en relation et proposez-y votre offre en précisant la ville de destination, le point de départ, l’heure, le nombre de places disponibles, etc. Si vous êtes passager, allez dans l’espace « réserver une place ». De cette manière, vous éviterez les rencontres avec des gens peu recommandables et éviterez dans la foulée les mésaventures.

Définir la commission et les frais partagés

 

Comme l’idée première est de rendre service, mais non de s’enrichir, il faudra trouver un bon compromis lorsque vous définir le prix et les commissions perçus. En tant que conducteur, vous pouvez demander aux passagers de participer aux frais de carburant et de péages. Vous pouvez également proposer un tarif au kilomètre à multiplier par la distance du trajet. Dans tous les cas,  les commissions ne devront pas dépasser les 50 % du prix de base. La commission que les sites de mise en relation prennent correspond à 10 à 20 % du prix du voyage.

Ne pas utiliser des véhicules de fonction

 

Ne faites pas de covoiturage avec un véhicule de fonction, c’est interdit et vous risquez bien plus qu’une amende. En effet, vous ne pourrez pas utiliser la voiture outre sa fonction première qui est de vous aider à faire le trajet du bureau à la maison et vice versa et les sorties en famille. Si vous vous faites surprendre alors la direction sera en droit de vous licencier. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il incombe à votre employeur de s’acquitter des frais d’assurance de la voiture de fonction. L’assurance en question ne prend en charge que l’usage professionnel et privé du salarié. Aussi, en cas d’accidents dans le cadre d’un covoiturage, vous risquez gros. À cela s’ajoute le fait que vous avez utilisé la voiture en échange de paiement, vous aurez aussi le fisc et l’Urssaf sur le dos.

Ne jamais payer en espèces

 

Le passager doit impérativement réserver son trajet et payer à l’avance via sa carte bancaire ou le service Paypal sur le site qui l’a mis en relation avec le conducteur. La somme sera ensuite reversée au conducteur une fois le trajet bouclé. Seuls ces deux moyens de paiement peuvent être acceptés et même si l’une des parties propose de payer en espèces, il faut savoir refuser. En effet, les cas où le passager qui a réservé, mais qui propose de payer en espèces sur place peut choisir de ne finalement pas faire le trajet. De son côté, le conducteur peut également faire monter les frais au dernier moment. Bref, pour éviter les mésaventures, il faut s’en tenir au mode de paiement classique par carte bancaire.