Comment se forment les cyclones

Comment se forment les cyclones

Un cyclone désigne une forte dépression atmosphérique, accompagnée de pluies diluviennes et de vents violents. Ce phénomène météorologique (également appelé ouragan ou typhon selon les régions du globe où il se produit) prend naissance dans les eaux les plus chaudes des océans tropicaux et est caractérisé par une énorme masse nuageuse tourbillonnaire s’articulant autour d’un centre de très basse pression.
En moyenne, 85 cyclones d’intensité variable sont recensés chaque année dans les océans Atlantique, Pacifique et Indien. Dans les cas les plus extrêmes, cette perturbation est capable de prendre des proportions cataclysmiques, avec une couverture nuageuse pouvant s’étendre sur 1000 km et des vents dépassants parfois les 250 km/h. On parle alors de super-cyclone.

Conditions de formation du cyclone

Un cyclone ne peut se former que si plusieurs facteurs sont réunis, essentiellement thermiques, hygrométriques et géographiques.
Afin de produire un effet d’évaporation et un transfert d’humidité suffisamment intense (avec un taux dépassant les 40%), la température de l’océan doit obligatoirement être supérieure à 26°C sur au moins 50 m de profondeur. Cette température est généralement atteinte durant la saison cyclonique, de juillet à octobre dans l’hémisphère Nord et de décembre à mars dans l’hémisphère Sud.
Pour former un cyclone, la perturbation initiale doit également se produire à une distance suffisamment éloignée de l’équateur (soit à 550 km minimum) afin d’être soumise à la force de Coriolis.
C’est cette force, engendrée par la rotation de la Terre, qui induit le mouvement spiralé du cyclone, maintient la basse pression atmosphérique en son centre et influence sa trajectoire globale. Selon l’hémisphère, Nord ou Sud, où se produit le phénomène, les vents tourbillonneront respectivement vers la droite ou vers la gauche.

Évolution et fonctionnement

À l’origine d’un cyclone, il existe toujours une perturbation mineure, appelée dépression tropicale lorsque les vents sont inférieurs à 63 km/h, puis tempête tropicale lorsqu’ils sont compris entre 63 et 117 km/h. Au-delà de cette vitesse, on assiste donc à la naissance du cyclone. Ce dernier met en moyenne 5 jours pour se former et sa durée de vie est comprise entre une semaine et 9 jours.
Durant toute la phase de création du phénomène, on observe un emballement de la cyclogenèse. Sous l’effet de la chaleur, l’air humide se dilate et s’élève rapidement en hauteur. Avec l’altitude, l’air se refroidit et se condense alors autour de l’œil du cyclone, sous la forme de cumulonimbus s’étendant en bandes spiralées.
Au centre de cet œil, la pression est beaucoup plus basse. De l’air froid et sec y redescend doucement en direction de la mer, le vent est plus calme et le ciel plus dégagé. Une boucle se forme alors entre les masses d’air chaudes ascendantes et les masses d’air froid descendantes.
Ce n’est qu’en s’éloignant des eaux chaudes tropicales ou en arrivant sur les côtes, plus froides, que le cyclone perdra de son intensité et finira pas se dissiper, en provocant parfois d’importants dégâts.