Friche commerciale : la mairie de La Ciotat passe à la taxe

À compter de 2018, les propriétaires laissant en jachère leurs locaux commerciaux pendant plus de 2 ans seront désormais taxés. En effet, la commune a adopté en début juillet une mesure afin que les locaux d’activité soient remis sur le marché. Ce qui ne manque pas de susciter un débat sur la pertinence de cette mesure. Voici ce qu’il faut en savoir.

Une taxe pour remettre les locaux commerciaux dans le circuit

Pour certains habitants de la ville, il était de temps de mettre en place cette taxe. En effet, il y avait de plus en plus de locaux commerciaux non utilisés et dont les propriétaires étaient pleinement actifs. L’instauration de cette nouvelle taxe devrait alors permettre de remettre dans le circuit les locaux commerciaux laissés en jachère par leurs propriétaires. Que ce soit des boulangers, des boutiques de lingerie, de prêt-à-porter ou de streetwear, des enseignes baissent leurs rideaux pendant plusieurs mois. Certains en demandent tout simplement trop à la vente ou tentent d’en faire un local commercial à louer Marseille à des prix hors de portée. Pour d’autres groupes, ils ne veulent tout simplement pas s’embêter et préfèrent conserver leurs locaux commerciaux.

Friche et fort turn-over

Il faut dire que la rue des Poilus a connu son âge d’or pendant les années 70. En effet, c’est la fermeture des chantiers navals qui a plongé la ville dans le marasme. Pour le centre ancien, il ne s’est jamais véritablement remis. Selon plusieurs experts, il faut se départir de l’idée selon laquelle il ne suffit pas d’ouvrir un commerce pour le pérenniser. Selon une étude, pas moins de 60% des commerces qui ouvrent finissent par fermer après 2 ans. Pour l’adjoint au développement du commerce de la ville de La Ciotat, Gavino Bricas, cette taxe va dans le bon sens et pourra surtout encourager les propriétaires à remettre leurs biens à la location ou à la vente.

Il faut dire que les prix ont baissé et ils ne peuvent pas en exiger autant qu’il y a quelques années. Ce qui représente une véritable aubaine pour la ville d’autant plus qu’une politique d’achat de locaux a été lancée depuis quelques années.

Cependant, certains estiment que la mesure pourrait être passablement inefficace si on ne parvient pas à relever les défis majeurs du centre ancien. Ceux-ci tournent autour du stationnement et de l’accès. Il devient alors nécessaire de mettre en place une charte de l’urbanisme commercial.