Démographie médicale en France : un véritable problème

medecins-france

Même si le débat n’a été vraiment posé que récemment, il faut dire que les difficultés que rencontre le secteur de la médecine en France sont réelles. Elles sont surtout la conséquence d’une répartition inadaptée aux besoins de la population. À cela s’ajoute la dérégulation tarifaire, l’inorganisation des parcours de soin, etc. Cependant, le véritable problème est lié à la démographie des médecins en France et leur répartition dans le pays. Cet article fait le point.

Plus de médecins, plus de disparités

L’année 2016 vient confirmer que la France dispose de suffisamment de médecins. Cependant, les disparités se font de plus en plus sentir. En 1990, il y avait environ 262 médecins pour 100.000 habitants, mais durant cette période il y avait beaucoup de dénonciations concernant les excès des médecins. Ce qui avait d’ailleurs conduit l’Assurance Maladie à financer un mécanisme d’incitation à la cessation d’activité. Une mesure qui avait subsisté jusqu’en 2003. En ce moment, tout le monde crie à la pénurie, car ils ne parviennent plus à trouver de médecins dans le secteur 1 et qui sont souvent obligés de supporter les délais d’attente excessifs pour obtenir un rendez-vous.

La question est alors de savoir ce qui justifie ce sentiment de pénurie dans un contexte où les médecins sont numériquement abondants. En effet, les évolutions dans les pratiques ont largement contribué à cette disparité. Selon le dr saint arroman, les attentes des médecins ne correspondent plus aux modes d’exercice du métier que nous avons connu dans le passé. L’exercice isolé reste important, mais reste rejeté par la plupart des jeunes médecins qui préfèrent la collégialité et la pluridisciplinarité. De plus, environ 10% des médecins qui se sont inscrit au niveau du Conseil l’Ordre des Médecins de France ont opté pour la médecine libérale.

Un mode d’exercice qui ne correspond plus aux attentes de la population

Depuis 2008, 33% des médecins qui se sont inscrits pour la première fois au niveau du Conseil de l’Ordre des Médecins ont opté pour l’exercice en libéral. Il faut dire que c’est là où se situe le véritable problème, car cela ne correspond ni aux attentes des jeunes médecins ni aux besoins de la population. Cependant, une nette évolution a été constatée entre 2015 et 2016 avec un recul de 8.2% et une augmentation du salariat d’environ 9%. En comparaison avec d’autres pays tels que l’Allemagne, l’Angleterre, la Suède ou les États-Unis, le nombre de médecins par habitant en France est relativement faible.