La sneaker : la chaussure incontournable en 2019

shoes

Une sneaker sans limite

Les sneakers sont entrées dans le monde de la mode en même temps que dans celui de la culture urbaine et du prêt à porter. Cela s’est fait avec la puissance tranquille d’une vague. Quelque chose est né, nourri de ses propres différences. Sorte d’avatar entre la basket et la chaussure classique, où le pied devient autre chose qu’un simple pied. Avec la sneaker, le pied traduit le carrefour des influences. Il marie les genres et les idées. Il fait de l’art avec des codes sociaux. La sneaker est devenue l’emblème d’une civilisation désireuse d’innover. Désireuse de parler à tous et à chacun.

Sneaker la reine

Selon la journaliste Sarah Ahssen, les sneakers continuent leur ascension et les cadors du sportwear sont les VIP des défilés. « Lors des défilés parisiens du prêt-à-porter masculin automne-hiver 2019/20 qui se sont tenus du 15 au 20 janvier derniers à Paris, OAMC, la griffe aux accents urbains fondée en 2013 par Luke Meier (ex-Supreme) et Arnaud Faeh (ex-Carhartt) présentait par exemple sa première alliance avec Adidas Originals. De son côté, la marque hongkongaise Clot dévoilait des baskets en laine bouillie issue de sa dernière collaboration avec l’américain Converse.

Adidas a dit

Le grand A vient de s’associer avec la firme japonaise de streetwear A Bathing Ape, pour une chaussure de foot et une basket sérigraphiées avec un camouflage militaire. De son côté, Nike s’associe encore avec Undercover, un label japonais dirigée par Jun Takahashi. Ce genre de binômes est devenu monnaie courante. Parce que la création est capable de réunir des savoir-faire à la fois différents et complémentaires.

Agnès b

Agnès b. vient de demander en mariage Spring Court, la marque française connue pour ses baskets en toile, dans le but de concevoir une sneaker noire et blanche, version homme, femme et enfant, avec bien sûr le lézard emblématique d’Agnès b, et disponible à partir de 75 euros.

Le retour de Puma

Côté mariage d’amour, nous retrouvons Puma et Harmony, pour un remake des classiques Puma au goût vintage, d’une douceur sableuse. Une fois encore, la sneaker devient l’outil d’une rencontre créative entre des pôles improbables. Les sneakers RS-1 et Crack signent une véritable réussite dans ce look revisité et en même temps totalement sublimé. Il y a quelque chose d’intemporel dans cette ligne. Une sorte de perfection qui ne dit pas son nom.