Les astuces pour choisir le sexe de son enfant

Entre un garçon ou une fille, les parents ont souvent une préférence. Mais si certains respectent le choix de la nature, d’autres usent de méthodes farfelues pour choisir le sexe de leur futur enfant. Heureusement qu’il existe désormais une technique naturelle qui permet d’augmenter ses chances d’avoir une petite fille ou un petit bonhomme. Il suffit pour cela de suivre un programme diététique adapté.

L’alimentation : un facteur qui influe grandement sur le sexe du futur bébé

Choisir le sexe de son futur enfant est le rêve de nombreux parents, et ce, depuis la nuit des temps. Mais autrefois, les couples n’avaient pas d’autres choix que d’accepter la décision de la nature. Mais désormais, il est possible d’influer sur le sexe de sa progéniture  en adoptant une alimentation spéciale.

Les aliments consommés par la femme avant la grossesse agissent directement sur le pH de  sa glaire cervicale. Si le pH des sécrétions vaginales est basique, les spermatozoïdes Y seront avantagés et la femme aura donc un petit bonhomme. En revanche, si le milieu intra-utérin est légèrement acide, le couple aura une petite fille après que l’ovule soit fécondé. Il suffit donc de réguler le pH de l’utérus pour avoir l’enfant désiré.

Cependant, pour garantir la réussite de cette méthode, la maman doit suivre un régime assez particulier. Il faudra en effet proscrire de son alimentation un certain nombre de nourritures et en privilégier d’autres.

Le régime alimentaire selon le sexe de l’enfant désiré

Pour savoir comment faire un garçon ou une fille, il faut consulter un spécialiste. Celui-ci énumèrera tous les aliments à bannir ou à privilégier. Et la liste peut être longue selon le sexe désiré.

Dans tous les cas, si maman souhaite accoucher d’un petit bonhomme, elle devra suivre un régime salé pour absorber les minéraux. Ces éléments sont effectivement nécessaires pour rendre le pH alcalin. Par ailleurs, on doit consommer de la viande pour assimiler plus de sodium. Rouges ou jaunes, toutes les variantes de viandes sont permises  à condition qu’on en mange au moins trois fois par semaine. Enfin, il faut aussi privilégier les nourritures qui ont une teneur élevée en potassium comme les poissons.

En revanche, la femme  doit limiter au maximum les aliments riches en calcium et particulièrement les produits laitiers. Certaines catégories de fruits et de légumes sont également à bannir de son alimentation.