Quels sont les grands principes de la méthode Montessori ?

Montessori1

La méthode Montessori a été créée il y a plus de 110 ans et elle continue d’intéresser les parents. Elle consiste à  éduquer les enfants d’une manière différente qui est jugée plus adaptée et plus efficace que le système éducatif classique. Il existe des écoles Montessori ouvertes un peu partout dans le monde, dont plus de 200 en France. Et, la méthode peut aussi être appliquée à la maison, car il suffit de respecter les 5 principes de base que nous allons détailler dans les lignes qui suivent.

Principe 1 : l’enfant est le maître de son apprentissage

Le premier principe qui différencie la méthode Montessori de la méthode éducative habituelle est qu’elle place l’enfant au centre de son éducation, cliquez ici pour en savoir plus. C’est-à-dire qu’il est le seul maître de son apprentissage. Maria Montessori considère l’enfant comme un individu à part entière. Il faut le respecter comme tel. Elle disait beaucoup de choses sur ce point de vue, comme  » l’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir. » La femme médecin estime qu’il n’est pas nécessaire d’apprendre aux enfants comment faire, comment comprendre, comment agir ou encore comment se comporter.

Par l’expérimentation, l’enfant saura par lui-même ce qu’il devra faire. Il maitrisera le fonctionnement des choses par la pratique. Et, c’est là que survient un point essentiel de la méthodologie qui est l’évolution sans contrainte : il n’y a pas de contrainte de temps en apprentissage Montessori puisque chaque enfant évolue selon son rythme. La compétition n’a pas de place dans ce système éducatif. Les apprenants peuvent rester sur une activité plusieurs heures si cela les enchante. Le rôle des éducateurs en école Montessori est de guider les enfants et non de leur apprendre le fonctionnement des choses. Ainsi, les familles adeptes de l’éducation Montessori peuvent aussi agir de la sorte à la maison en ne jamais intervenant pour apprendre le fonctionnement d’un jouet par exemple.

Principe 2 : l’enfant est un esprit absorbant

Le deuxième principe de base de la méthode Montessori est de considérer l’enfant comme un esprit absorbant. Il n’est pas très différent du premier principe dans le sen où il considère l’enfant comme un individu à part entière capable d’apprendre de lui-même par les agissements de son entourage. Celui-ci observe, enregistre et répète facilement ce qu’il a appris. L’enfant est un être pensant. L’idée de Montessori est ainsi d’exploiter cette capacité. Elle disait à ce sujet que l’enfant a un esprit capable d’absorber la connaissance. Il a le pouvoir de s’instruire tout seul. En revanche, elle ne minimise pas le rôle de guide des parents et des éducateurs. Pour elle, la solution est de favoriser l’auto-apprentissage et l’autonomie de l’enfant en mettant à sa disposition, différents moyens et matériels pour le faire ! Des matériels sensoriels et esthétiques qui captivent l’attention. « Apprends-moi à faire seul !« , évoque-t-elle dans un de ses ouvrages.

 

Principe 3 : profiter des périodes sensibles chez l’enfant

Maria Montessori a étudié les enfants pendant plusieurs années. Sa méthode n’est pas le fruit de quelques mois de recherches, mais celui d’un travail de longue haleine. Elle se consacra à l’observation et à l’étude des comportements des enfants depuis sa sortie en tant que médecin en 1896 et jusqu’à sa mort en 1952. Plusieurs livres ont été sortis pour appuyer ses idées de favoriser la liberté d’apprentissage chez les enfants. Au cours de ses études, elle a découvert l’existence de périodes sensibles chez l’enfant qu’elle juge important d’exploiter. Elle en a fait un pilier de sa méthode, car l’enfant, d’après elle, assimile mieux durant ces périodes limitées dans le temps. Les manquer serait une grande perte en matière d’éducation. Ces périodes surviennent généralement de la naissance à 6 ans :

  • La période sensible du langage : de 2 mois à 6 ans
  • La période sensible de la coordination des mouvements : 18 mois à 4 ans
  • La période sensible de l’ordre : de la naissance à 6 ans
  • La période sensible du raffinement des sens : de 18 mois à 5 ans
  • La période sensible du comportement social : de 2 à 6 ans
  • La période sensible des petits objets : durant la 2 ème année de vie

Pour garantir la réussite de l’éducation d’un enfant, l’exploitation de ces périodes est essentielle. Les éducateurs et les parents devront mettre à la disposition des enfants, les meilleurs outils et matériels pour favoriser l’apprentissage. Chaque enfant étant différent, l’observation est primordiale en matière d’apprentissage Montessori. Le rôle d’éducateur n’est pas aisé puisqu’il ne faut pas manquer les périodes susmentionnées ! Le plus important est que chaque apprenant acquiert naturellement tout ce qu’il devra acquérir pour façonner sa personnalité durant ses propres périodes sensibles.

Principe 4 : instaurer un environnement favorable à l’épanouissement de l’enfant

Que ce soit à l’école Montessori ou à la maison, l’environnement est responsable à part entière de la réussite de l’éducation selon Montessori. Cet environnement devra permettre l’épanouissement de l’enfant. Généralement, en optant pour la méthode Montessori, le parent devra lui consacrer un endroit spécial pour son apprentissage à la maison. Un lieu rien que pour lui. À l’établissement Montessori, le lieu est la salle de classe proprement dite. Il s’agit d’une salle spacieuse qui permet la liberté de mouvements pour tous les âges. La classe Montessori est d’ailleurs, multiâge. En addition à l’espace, l’endroit doit contenir les différents matériels et outils pour favoriser l’auto-apprentissage de l’enfant. Ils seront placés de différentes manières en fonction des catégories d’âge.

L’environnement ne se résume pas uniquement à l’espace d’apprentissage. Il concerne aussi les échanges au sein du cercle d’apprentissage. Aucune pression et nulle tension ne devront régner au sein d’un environnement d’apprentissage. La communication est importante, car elle permet de comprendre la situation de chaque enfant. L’éducateur et le parent ont un devoir d’observation et d’écoute. Lorsque l’enfant parle de ses craintes, les éducateurs et les parents seront là pour l’encourager et le guider. Les encouragements sont très importants en éducation Montessori puisqu’ils renforcent la confiance en soi chez les enfants et les poussent à aller de l’avant et à tester leurs limites.

Principe 5 : favoriser l’auto-éducation

Déjà largement évoqué précédemment, l’auto-apprentissage ou l’auto-éducation est un principe fondamental de l’éducation Montessori. Elle est au cœur même de la pédagogie. Il faut laisser à l’enfant la liberté de découvrir et d’apprendre par ses propres volontés. C’est en expérimentant qu’il va apprendre et s’auto-corriger. Au cours de son évolution, il développera lui-même ses limites à ne pas franchir. Il ne demandera plus le consentement d’un adulte pour la réalisation d’une activité. La méthode Montessori veut créer des individus autonomes qui n’auront plus besoin de la validation des adultes, de son entourage ou d’un système quelconque pour être lui-même.