Végétalisation des murs et des toits

vegetalisation-des-murs

Particuliers et professionnels, beaucoup de gens choisissent aujourd’hui de végétaliser leurs toitures, murs et façades. Ce procédé très encouragé par les autorisés présente beaucoup d’avantages qui se reflètent aussi bien sur la santé des habitants que celle du bâtiment ainsi que sur l’environnement urbain. Retrouvez dans cet article quelques informations pour vous initier à ce domaine.

Végétalisation des toitures, comment ça se passe ?

La végétalisation toitures est valable aussi bien pour les bâtiments dédiés à l’habitat que pour les bâtiments à but commercial. Pour ces derniers, le procédé est devenu obligatoire depuis quelques années. Le propriétaire a en effet le choix entre la végétalisation du toit ou l’installation d’un système d’énergies renouvelables.

La végétalisation des toitures peut se faire de trois manières. La végétalisation extensive est la plus commune, consistant à planter les végétaux dans un substrat assez fin qui se trouve dans des récipients. Le choix des végétaux est alors limité puisque vous ne pouvez utiliser des plantes qui nécessitent beaucoup de substrat et dont le poids est conséquent.

La deuxième méthode est la végétalisation intensive que l’on retrouve dans les jardins traditionnels. Le substrat est alors épais, plus de 30cm, et le poids supporté est important. Vous pouvez planter presque n’importe quoi même des arbustes. Il existe aussi une méthode qui combine en quelque sorte les deux modes précédents, à savoir la végétalisation semi-intensive.

Elle permet des choix de plantes plus variés et s’adapte à presque toutes les constructions contrairement à la végétalisation intensive qui s’adapte uniquement au béton.

Végétalisation des murs, comment ça se passe ?

Comme les toitures végétalisées, les murs végétaux présentent de nombreux bienfaits aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du bâtiment. La végétalisation des murs peut se faire de différentes manières en fonction du mode de culture.

Le mode de culture le plus utilisé de nos jours est celui hydroponique. Il s’agit d’utiliser un substrat interne placé dans des récipients séparés (cages métalliques, modules plastiques, poches de feutre, etc.). Différents substrats peuvent être utilisés comme la laine de roche, les billes d’argile, la nappe horticole et la sphaigne.

L’installation de végétalisation comporte aussi un système d’irrigation et de rétention d’eau. Il existe aussi un autre mode de culture classique et traditionnel, qui se base sur l’utilisation d’un substrat non inerte comme le compost, les zéolithes, les tourbes ou les argiles.

Aujourd’hui, les modules alvéolaires sont très appréciés pour la création des murs végétalisés. C’est un système autonome facile à installer et à entretenir, adapté aussi bien aux murs intérieurs qu’aux façades extérieures.

Murs et toits végétalisés : de l’installation à l’entretien

Grâce aux innovations effectuées dans ce domaine, l’installation des murs, façades et toits végétalisés est devenue plus simple. Les systèmes sont plus autonomes et ne nécessitent que peu d’entretien. Les professionnels de la végétalisation tels que les décorateurs floraux et les paysagistes proposent généralement des contrats d’entretien annuel. Il faut noter que pour une toiture, une façade ou un mur extérieur, l’entretien annuel est obligatoire.

Durant la première année, il se peut même que vous ayez besoin d’entretenir votre mur végétal ou toit végétal trois fois par année jusqu’à ce que le tapis d’herbe soit complet et que les végétaux plantés soient en bonne condition. Vous pouvez aussi veiller sur la bonne santé de vos végétaux en vérifiant de temps à autre leur état et en vous débarrassant des mauvaises herbes.

La végétalisation des murs et des toitures contribuent à l’isolation thermique et phonique de l’habitat, au bien-être des habitants, à l’amélioration du climat et à l’augmentation de la biodiversité dans le milieu urbain. Autant de raisons de s’y mettre.