La place du bitcoin dans l’économie

Bitcoin

Sur le marché économique, il existe aujourd’hui deux types de monnaie : celle qui est réelle et celle qui est virtuelle. Dans la seconde catégorie, le Bitcoin est la crypto-monnaie de référence. Étant la première devise virtuelle, elle est, à ce jour la plus connue et la plus usitée. Cependant, c’est désormais un mode de paiement admis et qui a une place importante dans le trading. Si le bitcoin a fait une entrée timide en 2008, depuis 2020, elle a connu une progression fulgurante dépassant les 50 %. Voyons tout cela dans cet article.

Qu’est-ce que le bitcoin ?

Le bitcoin est une crytomonnaie mise officiellement sur le marché en 2009. Son code est le BTC. On le reconnaît surtout pour être le précurseur des crypto-monnaies et pour avoir initié la première capitalisation des cryptomonnaies.

C’est à partir de 2012 qu’elle a commencé à être répandue et se met à être de plus en plus acceptée. Et ce, malgré une réputation qui n’est pas toujours à son avantage. En effet, c’est une monnaie sans banque centrale et les transactions paraissent floues. L’une de ses particularités est qu’on puisse effectuer un achat de bitcoin sans vérification.

Le bitcoin se base sur des échanges de pair-à-pair que des plateformes sur internet autorisent. Autrement dit, il s’appuie entièrement sur la technologie de la blockchain. De plus, ses algorithmes de chiffrement sont difficilement compréhensibles.

Comme le bitcoin est entièrement décentralisé, il n’est pas soumis au contrôle des États. Tout ceci contribue à ce qu’on l’associe facilement au financement d’activités illégales et du blanchiment d’argent.

Une bulle financière

En matière de référence, la capitalisation du bitcoin supplantait le PIB de la Finlande. C’est pour dire la place que cette cryptomonnaie occupe sur le marché. Cependant, elle est également caractérisée par l’absence d’une autorité monétaire.

L’échange de cette devise se fait quasiment à l’échelle internationale. Les paiements sont pratiquement instantanés quelle que soit votre localisation sur le globe terrestre. Les frais de transactions sont très réduits pour ne pas dire nuls. Ils se résument presque au coût de la connexion internet. Aucun contrôle d’identité n’est requis pour cela. Toutes ces spécificités entraînent des enjeux caractéristiques par rapport à la régulation économique et juridique.

Une masse économique grandissante

Les chiffres concernant la capitalisation de cette cryptomonnaie sont ahurissants. En effet, elle totalise 887 milliards de dollars à la date du 27 août 2021. Le poids économique des bitcoins est incontestable avec son occupation de plus de 44 % de la capitalisation boursière. Le bitcoin qui connaît des hauts et des bas se classe dans les 30 premiers moyens d’échange les plus sollicités. Les économistes refusent de leur attribuer ce statut de monnaie, mais les faits sont bel et bien réels et les chiffres sont là pour l’attester.

Si l’on se réfère aux données des sites spécialisés, le bitcoin est en passe de poursuivre sa remontée. En effet, dans la crypto-économie, le cap des 2000 milliards de dollars a de nouveau été dépassé. Ce même scénario a déjà été observé en avril et mai 2021.

Premier venu sur le marché, le bitcoin est aujourd’hui devancé par l’Ethereum et se positionne en deuxième place.

Cette ascension fulgurante n’est pourtant pas exempte de risques. Les observateurs craignent même une implosion qui pourrait survenir à tout instant.

Des risques réels

Il y a certes eu des efforts sur la normalisation financière des bitcoins. Les contrats à terme lancés par la Bourse de Chicago renforcent même cette démarche. Cependant, les investisseurs courent un risque en investissant massivement dans certains bitcoins. N’oublions pas que les transactions se font essentiellement sur la toile. Les hackers sont à l’affut de la moindre faille dans le système de la blockchain et tout est à remettre en question.